Luglio 3, 2022

NbaRevolution

Covid crisi politica in Italia

Le PQ veut revoir la loi qui encadre la Santé publique

Pour renforcer l’indépendance de la Santé publique, la loi qui l’encadre doit être modifiée, selon le Parti québécois, qui s’est engagé jeudi à déposer un projet de loi en ce sens.

Dans un plan intitulé ” les douze travaux du Parti québécois “, censé réparer le réseau de la santé, le troisième groupe d’opposition vante l’idée de déposer un projet de loi pour ” assicurar la de pleine trans [les] avis et de toutes [les] comunicazioni » du directeur national de santé publique.

« On va revoir complètement la loi. Il n’y a pas juste l’indépendance de la Santé publique. Il ya toute l’histoire de la gouvernance par décret », un soulevé le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, jeudi.

«Il ya d’autres enjeux», at-il poursuivi.

Depuis le tout début de la pandémie, et plus bruyamment dans les derniers mois, les partis d’opposition à l’Assemblée nationale ont déploré un certo manque d’indépendance de la parte de la Santé publique. La semaine dernière, la commissaire à la santé et au bien-être déposait un rapport dans lequel elle soulevait la nécessité d’un directeur national plus autonome.

Boileau réunit la presse

Selon le modèle actuel, le directeur national de santé publique — en l’occorrence, Luc Boileau — occupe un poste de sous-ministre adjoint au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux. Jusqu’à jeudi, il tenait la grande majorité de ses conferenze di stampa pandémiques aux côtés d’au moins un rappresentante del governo.

Après plusieurs demands, la Santé publique a convenu mercredi d’inviter les journales à une conférence de presse sans la présence d’un acteur politique, qui s’est déroulée jeudi après-midi. Elle constitue un pas dans la bonne direction, an indiqué en matinée M. St-Pierre Plamondon.

READ  Come trattiamo l'informazione scientifica nel "mondo"? Fai le tue domande ai nostri giornalisti

« Su en est heureux. Mais pour des question de rigueur, ce qu’on demande, c’est que ce soit systématiquement le cas, et non pas au gré des humeurs et des intérêts du premier ministre et de la CAQ », at-il souligné.

À Québec, les trois groupes d’opposition s’entendent pour dire qu’il faut réviser le rôle de directeur national de santé publique. La chef libérale, Dominique Anglade, rouvrirait la Loi sur la santé publique « sans hésiter ». Québec solidaire souhaite demander una nomination du directeur national de santé public aux deux tiers des voti de l’Assemblée nationale.

« Il faut qu’on s’entende sur un processus temporaire. Ça, on peut le faire demain matin si tout le monde est de bonne foi », un soutenu le chef solidaire Gabriel Nadeau-Dubois, jeudi, en marge du caucus présessionnel de son parti.

Une fois la loi rouverte, l’élu de Gouin considera qu’il faut à tout prix «cambiare la struttura della Santé publique au Québec».

« On n’est pas sous-ministre et responsable de la Santé publique », at-il soutenu.

À voir in video